Nos étoiles contraires, John Green, Nathan

photo

 

Je n’avais pas entendu parlé du phénomène de Nos étoiles contraires avant de voir dans le métro les affiches annonçant la sortie du film. Je suis allée voir la bande annonce qui m’a assez convaincu. Mais avant de voir le film, il me fallait bien sûr lire le livre.

– Ok ?
– Ok.

 

Ce qu’en dit l’éditeur:

Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu’elle s’y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d’autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l’attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… Les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie. Élu  » Meilleur roman 2012  » par le Time Magazine ! Prix de L’Échappée Lecture 2014 de la Nièvre Prix du Jury littéraire Giennois 2014 Prix Plaisirs de lire 2014, département de l’Yonne Prix des Embouquineurs 2014.

Lorsque je lisais ce livre à la plage, ma mère m’a demandé ce qu’il racontait. Et moi, complètement absorbée par ma lecture et désirant y retourner au plus vite, je lui ai dit le gros de l’histoire:
– C’est une fille qui a le cancer, qui rencontre un gars qui avait le cancer. C’est génial!
Alors là, elle m’a lancé un regard inquiet et m’a dit:
– T’es sûre que ça va? – Une lectrice

Un roman sur la vie, la mort, et les gens qui se retrouvent coincés entre les deux. « Nos étoiles contraires », c’est John Green au sommet de son art. On rit, on pleure, et on en redemande. » – Markus Zusak (auteur du bestseller « La voleuse de livres »)

Alors qu’on craint ne ressentir que de la tristesse en le refermant, ce livre nous fait aimer la vie plus que jamais. – Mélanie Blossier (libraire)

Ca frôle le génie. Ce livre est tout simplement dévastateur. Il affronte sans peur les émotions simples, directes, puissantes. – Time Magazine

 

Ce que j’en dis, moi :

Comme la grande majorité des lecteurs de Nos étoiles contraires j’ai été touchée par l’histoire d’Hazel et Augustus – plus que par le Dieu me déteste de Hollis Seamus. Pourtant le sujet est sensiblement le même à la base: une histoire d’amour entre deux adolescents malades, l’un condamné, l’autre en rémission – mais pour combien de temps? L’histoire d’amour traité à grands coups de beaux sentiments ainsi que l’âge des deux personnages principaux en font un roman plus destiné à la jeunesse (d’ailleurs édité chez Nathan, ce qui est assez révélateur), mais je pense qu’un lectorat plus adulte pourra également être intéressé par ce livre. L’écriture est claire, le style touchant sans être mièvre.

Contrairement à Dieu me déteste, j’ai trouvé que dans Nos étoiles contraires la maladie avait une place beaucoup plus importante ou du moins été traitée dans toute sa réalité. Il n’y a pas d’ellipses ni de métaphores pour raconter la descente aux enfers des personnages: le lecteur n’est pas épargné et c’est, selon moi, ce qui fait tout l’intérêt du livre. Certes c’est une histoire d’amour mais à aucun moment on ne peut oublier qu’ils sont malades. Hazel et Augustus sont en lutte perpétuelle pour conserver une vie normale. L’auteur réussit la prouesse de rendre attachants ces personnages qui ne sont pourtant pas plus parfait que s’ils étaient en bonne santé. Ils ont leurs défauts, leurs caprices, leur mauvaise foi… et si on leur pardonne, ce n’est pas grâce à leurs imperfections physiques, mais plutôt grâce à celles de leur âme qui les rendent si touchants.

A noter également des personnages secondaires tout aussi touchant et intelligemment construits : une mère-courage qui cherche dans le calendrier toutes les fêtes possibles et imaginables pour trouver une nouvelle raison de célébrer la journée avec sa fille, un ami aveugle qui, malgré son coeur brisé par un amour éconduit, ne se départi pas de son sens de l’humour, un père démuni face à la maladie de sa fille, un chef de groupe de parole narcissique… Bref autant de personnages qui gravitent autour d’Hazel et Augustus et rendent leur histoire encore plus belle, encore plus touchante.

Ce livre est donc pour moi touchant grâce à des personnages très intéressants et toujours juste, ni trop parfaits, ni trop imparfaits, des personnages dont l’auteur ne tait ni les angoisses, ni la maladie, ni la tristesse mais sans pour autant oublier la joie, l’humour et le bonheur paradoxalement très présents tout au long du livre. Pour ce qui est du récit en lui-même, outre le traitement très réaliste et sans concession de la maladie et l’histoire d’amour qui, comme toute histoire d’amour est parfait émouvante parfois agaçante, il n’est pas exceptionnel: jusqu’ à la moitié du livre une trame se monte autour d’un auteur mystérieux qu’Hazel rêve de rencontrer pour pouvoir lui poser des questions sur un de ses livres inachevés. Prétexte pour faire avancer le couple mais au final pas très intéressant. Mais, même si ce passage ralentit un peu la lecture sans rien apporter, il permet de sortir de la simple histoire d’amour qui aurait sans doute fini à elle seule par lasser le lecteur.

Bref une lecture que je recommande, essentiellement pour son panel de personnages toujours justes qui sauront vous émouvoir à coup sûr!

 

Quelques extraits:

Tu es trop occupé à être toi-même tu ne réalises pas que tu es exceptionnelle. (p.134)

Je suis amoureux de toi et je ne suis pas du genre à me refuser le plaisir de dire des choses vraies. Je suis amoureux de roi et je sais que l’amour n’est qu’un cri dan sle vie, que l’oubli est inévitable, que nous sommes toues condamnés, qu’un jour viendra où tout ce qu’on a fait retournera à la poussière, je sais aussi que le soleil avalera la seule terre que nous aurons jamais et je suis amoureux de toi. (p.163)

– Je ne t’en voudrais pas, Hazel Grave. Ce serait un privilège d’avoir le coeur brisé par toi. (p.185)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s